Adrien Pierre Mignon

Adrien Pierre Mignon est un chef d'entreprise français, en premier lieu marchand de bois, puis co-fondateur associé à la Manufacture de Pont-aux-Choux, faïencerie rue de Charenton, transférée à l'angle de la rue Amelot et rue Saint-Sébastien, décédé à Paris en 1788.



Catégories :

Décès en 1788 - Date de naissance inconnue (XVIIIe siècle) - Entrepreneur français - Faïence - Céramique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... de son association avec les frères Dubois Pont-aux-Choux fermé ses portes en 1788 la mort Adrien - Pierre Mignon La manufacture ne se trouvait pas rue du ... (source : persee)
  • Le blog de Pierre Adrien pierre. adrien @pierrad. com. L'ensemble des images sur ce Blog ne sont pas libres de droits. Toute reproduction dans un but commercial... (source : pierrad)
Adrien Pierre Mignon
Nom de naissance Adrien Pierre Mignon
Décès 1788
Paris
Nationalité Drapeau : France France
Profession (s)

Adrien Pierre Mignon est un chef d'entreprise français, en premier lieu marchand de bois, puis co-fondateur associé à la Manufacture de Pont-aux-Choux, faïencerie rue de Charenton, transférée à l'angle de la rue Amelot et rue Saint-Sébastien, décédé à Paris en 1788.

Biographie

Riche marchand de bois à la provision de Paris, Adrien Pierre Mignon s'associe avec un de ses clients, Edmé Serrurier, en décembre 1743, apportant Modèle :Unite au capital de la nouvelle société que vient de co-fonder Edmé avec Claude Humbert Gérin, et leurs amis, les frères Dubois : Robert Dubois, Gilles Dubois (céramiste) . Serrurier ayant apporté entre autres le local qu'il loue depuis 1730 au no 9 de la rue de Charenton (aujourd'hui no 48 actuelle cour du Chêne Vert)

Les affaires marchent bien; Gérin et Serrurier avait obtenu un privilège de 10 ans sur 6 lieues autour de Paris pour fabriquer de la Terre façon d'Angleterre et la permission de vendre dans tout le royaume. Gérin utilise dès 1743 sa terre blanche poreuse, chamottée, recouverte d'une glaçure cuite au cours d'une deuxième cuisson, comparable à celle dont ont fait les pipes ce qui lui vaut aussi l'appellation Terre de Pipes. Serrurier a recruté dès 1742 du personnel en provenance de Rouen, dont : Nicolas Julien Bellejambe, excellent tourneur, puis mouleur, modeleur de premier plan. La pâte est d'une excellente qualité sert à ciseler des décors en reliefs d'une grande précision, la réputation de la production de cette manufacture va en augmentant. En 1745, la Manufacture compte 250 ouvriers, 9 tours et 2 fours.

En 1746, Mignon et Serrurier seront les deux seuls dirigeants de l'entreprise. Gérin a été rappelé en cette année à Vincennes qui sans lui ne produit qu'une pâte grise. Les deux associés font construire un 3e four, la société possède alors 200 moules en plâtre et quelques 8200 pièces en magasin.

Edmé Serrurier va faciliter le mariage de son associé avec sa cousine, âgée de 17 ans, Madeleine Serrurier venant de Nevers. Edmé et son épouse Charlotte Le Boullenger font du jeune couple leur légataire universel. En 1747 ont achève la construction du 3e four, quand Charlotte Le Boullenger décède, le 24 septembre. S'ensuit un procès avec la famille de Villeray qui se croyait héritière. Le privilège octroyé en 1742 est reconduit pour 20 ans ainsi qu'à 10 lieues autour de Paris. Il y a un grand va et vient de personnel entre cette Manufacture et celle de Vincennes ce qui permet l'échange de technologie pas forcément au goût des dirigeants. Des procès auront lieu contre des employés : (Jacques Chapelle, Beaufils etc. ). Jean Mathias Caillat, préposé à la fabrication des couleurs à Vincennes est soupçonné d'avoir vendu le secret de fabrication à la rue Amelot mais c'est finalement une faïencerie du Nord qui en sera bénéficiaire.

En 1749, la Manufacture achète le terrain de La Chasse Dauphine, localisé à la hauteur de l'angle de la rue Amelot et du no 1 de la rue Saint-Sébastien, sur la contrescarpe en face de la rue du Pont-aux-Choux, qui donnera son nom à cette Manufacture, dans l'actuel 11e arrondissement. Le transfert se fera en 1751. Le 31 août 1749 Edmé convole en juste, seconde noce avec sa cousine Marie-Claude Serrurier, 23 ans, sœur de Madeleine Serrurier. Les deux associés deviennent beaux-frères.

1751, voit l'apparition du premier enfant de Edmé Serrurier; Antoine François Théodore Serrurier et le transfert de la Manufacture dans les nouveaux locaux, face à la rue Pont-aux-Choux. L'entreprise comporte 5 fours dont un à réverbère. 1752, naissance du second enfant d'Edmé; Marie-Claude Serrurier. Des conflits d'intérêts vont naître au sein des deux familles par le fait de l'apparition des enfants de Edmé et de la donation qu'il avait faite avec sa première épouse au profit de son beau-frère et de sa belle-sœur. Le 31 juillet 1759 a lieu devant notaire la dissolution de l'association, moyennant une indemnité de 10.000 livres, majorée de 1.200 livres de pot de vin. Edmé et son épouse quitte l'entreprise à la fin de l'année 1759.

Le marché français va s'ouvrir de nouveau aux faïences anglaises en 1786 par le Traité de Vergennes, rétablissant le libre échange des biens entre la France et l'Angleterre. Deux ans plus tard, Adrien Pierre Mignon décède, la Manufacture cesse son activité. Elle a en stock 119 000 pièces.

Œuvres

(liste non exhaustive) Voir la liste de quelques pièces produites dans l'article : Manufacture de Pont-aux-Choux.

Musées, monuments

Marque

Collaborateurs

(liste non exhaustive)

Bibliographie

Notes, références

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : serrurier - manufacture - paris - edmé - rue - pont - choux - 1743 - faïences - mignon - musées - edt - adrien - fondateur - associé - pierre - puis - gérin - dubois - arts - france - entreprise - premier - claude - terre - fours - 1746 - céramique - actif - fine -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Adrien_Pierre_Mignon.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu