Gustave De Bruyn

Antoine Gustave De Bruyn, dit Gustave, est le fondateur de la Faïencerie de Fives Lille.



Catégories :

Faïencier - Faïence - Céramique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • C'est Antoine Gustave De Bruyn, fils de Denis, qui s'installe à Fives en 1864.... Et en 1889 De Bruyn est récompensé d'une médaille à l'Exposition... (source : barbotine.free)
  • Gustave de Bruyn - Find works of art, auction results & sale prices of artist Gustave de Bruyn at galleries and auctions worldwide. (source : artnet)

Antoine Gustave De Bruyn, dit Gustave, (9 décembre 1838 à Louvain en Belgique - 11 août 1916 à Lille en France) est le fondateur de la Faïencerie de Fives Lille.

Il s'établit en premier lieu à Wazemmes dans le quartier dit la Petite Belgique, 20 rue Juliers, vers 1862, et déménage ensuite, en 1864, à Fives-Lille, au n° 2 et 57 rue Malakoff, pour exercer son activité de potier et faïencier. Gustave De Bruyn fait construire une usine à l'angle de la rue du Maréchal Mortier (au n° 15) et de la rue Sainte Aldegonde à Fives Lille.

En 1870, il s'installe 22 rue de l'Espérance, rue qui jouxte l'usine.

Biographie

C'est le troisième des quatre enfants de Dionysius De Bruyn dit Denis et de Marie Anne Tielens. Gustave est né à Louvain Belgique mais aussi ses trois frères : -Emile Martin né le 10/07/1831 -Jean Antoine Norbert né le 27/01/1834 -Guillaume Eugène né le 16/06/1841 et décédé à Lille le 03/12/1905. Ils sont tous potiers et faïenciers, profession transmise par leur père Denis et leur grand-père Martin lui même potier.

Gustave De Bruyn épouse, à Gand Belgique, le 3 octobre 1860[1], Marie Weber, avec laquelle il aura 12 enfants :

Quatre des enfants de Gustave De Bruyn s'impliquent dans le fonctionnement de la faïencerie à différents postes. Emilie sera caissière-comptable, Emile chimiste, Adrien manufacturier et Gustave fils s'occupera de la production des faïences.

Brevet d'invention

Gustave De Bruyn dépose un brevet d'invention[2] le 2 janvier 1885. C'est un procédé de vernissage hygiénique de la poterie ainsi qu'à ce sujet, il déclare : la supériorité de ce vernis est irrécusable parce qu'il ne renferme aucun mélange d'oxyde de plomb. Tous ceux en usage à ce jour en contiennent de 50 à 75 %.

Diversification

En 1885, il produit aussi des briques vernissées et des carreaux de céramique. Vers 1886, il met en place la réalisation de faïences décoratives, ce autorise la produit d'avoir un essor important.

Médaille

Gustave De Bruyn participe à l'Exposition Universelle de Paris de 1889 et reçoit une médaille d'argent pour ses faïences fines et poteries culinaires. [3]

Installation à Allonne (Oise)

C'est en 1889 que Gustave De Bruyn reprend la produit Clerc et Taupin qui exécute des grès décoratifs vernis au sel. Celle-ci se situait à Allonne www. oise-60. blogspot. com/2008_06_01_archive. htlm, sur la route nationale vers Paris, près de Beauvais. L'usine possède des ateliers de fabrication, des aires de matière première et un logement. Gustave De Bruyn installe dans l'usine un bâtiment pour le lavage des terres et surélève un hangar pour un nouvel atelier à l'étage. C'est en 1891 qu'il construit un four et en 1899 un céramiste beauvaisien, Paul Gréber achète l'usine.

Mariage de sa fille

Un nouveau potier s'intègre à la famille, en effet Gustave De Bruyn marie, en 1891, sa fille Julienne Amanda dite Valentine à Louis Marie Alfred Van Overstræten. Ce dernier possède avec son père la produit de carreaux de grès Léon De Smet et Cie au faubourg de Canteleu. [4]

Extension de l'usine

Gustave De Bruyn achète, en 1902, la ferme Stien au 54 rue de Lannoy à Fives et la surface de l'usine représente désormais 13.793m2.

Détail de la production

Vases, caches pots, jardinières, coupes, urnes, colonnes, appliques, porte-parapluies, services fumeur, services fruits.

Pendules et vases

Poterie allant au feu à émail hygiénique sans oxyde de plomb et faïence culinaire.

Grès fins japonais, grès pour conserves et liquides corrosifs. Photographie sur porcelaine, reproduction de portraits sur vases, coupes, tasses.

Pour bâtiments, appartements et jardins : sièges, frises, panneaux, cabochons, consoles, briques de façade colorées, carreaux de revêtement, plinthes, cimaises, baguettes, moulures, caissons, balustres, chapiteaux, socles.

Appareils sanitaires, vasques.

Les produits qui sortent de l'usine sont presque tous reconnaissables à l'ancre marine entrelacée d'un D et d'un B au dos de chaque pièce ; un numéro peut compléter cette reconnaissance pour identifier les différentes séries des faïences de la production. Il existe un catalogue particulièrement détaillé répertoriant l'ensemble des pièces commercialisées par Gustave De Bruyn.

Musée

Fontaine réalisée pour un concours à la fin du XIXème siècle, pour commémorer la libération des Pays-Bas par Guillaume de Nassau. La maquette a été exécutée en poterie par le sculpteur belge Franz Lucas, pour la maison De Bruyn de Fives. Cette maquette offerte au Musée Industriel, rue des lombards à Lille, se trouve désormais après la fermeture de ce dernier dans les fonds du Musée d'Histoire Naturelle rue de Bruxelles à Lille. Sur une place d'Amsterdam on peut trouver le modèle définitif. [5]

Visite de la faïencerie

Le 15 mars 1894, la Société de Géographie inaugurait : la série de ses excursions annuelles par une visite à l'établissement de Messieurs De Bruyn, fabricants de faïence artistique, à Fives. Soixante-huit personnes, dont la plupart de dames, qui ne s'étaient pas laissées rebuter par les fatigues d'un aussi long voyage, avaient répondu à l'appel des organisateurs[6].

Décès Gustave De Bruyn

Émile, Adrien et Séraphin Adrien dit Gustave ont pris la suite de leur père au décès[7] de ce dernier à Lille le 11/08/1916.

Décès d'Adrien

Adrien appelle dans son testament[8] comme héritier son frère Séraphin Adrien dit Gustave. Il décède à Lille le 18 juin 1944. Ils ne sont plus que deux frères (Emile et Séraphin Adrien dit Gustave) pour diriger l'usine de faïence, tandis qu'Emile a désormais 78 ans.

Vente de l'usine

1950, cession du fonds de commerce et de l'usine :

La production continue avec une vingtaine d'ouvriers et l'arrêt d'activité de la faïencerie de Fives-Lille est définitive le 18/04/1962. L'achat des terrains par la ville de Lille devient définitif le 11/02/1966 et la ville décide d'implanter un CES. La démolition de l'usine intervient en 1969 et la dernière cheminée tombe[12] le 13/03/1970.

Expositions de faïences de Fives

• Salle de la Mairie de quartier de Fives le 25, 26 et 27/04/1998[13]

• Salle du Conclave du Palais Rihour de Lille le samedi 16 - dimanche 17 et jusqu'au 30/09/2000[14]

• Salle des Fêtes de Fives le 5, 6 et 7 novembre 2010[15]

Notes et références

  1. voir acte de vente en 1950 de la faïencerie Gustave De Bruyn, reçu par Maître Emmanuel Dufour, notaire à Armentières
  2. dépôt fait au cabinet Industriel d'Edmond et Paul See, ingénieurs conseils au 121 boulevard de la Liberté à Lille. PV dressé le 06/01/1885 au secrétariat général de la Préfecture du Département du Nord. Arrêté constituant le brevet d'invention n°166.235, pris le 28/04/1885, conservé à l'Institut National de la Propriété Industrielle
  3. ayant exposé ses produits dans la classe 20 groupe 3, voir diplôme commémoratif délivré à Paris le 29/09/1889 par l'administration du livre d'or de l'exposition universelle
  4. bulletin de la Société Industrielle du Nord n°98 de 1897 page138
  5. Nord Eclair 13/04/1972
  6. imprimerie L. Danel 1894, fond n°25.489 de la bibliothèque municipal de Lille
  7. archives municipales de Lille
  8. testament olographe, à Lille en date du 13/04/1944 déposé au rang des minutes de Maître Fontaine, notaire à Lille, le 06/10/1944
  9. acte reçu par Maître Emmanuel Dufour, notaire à Armentières le 11/09/1950 les Consorts De Bruyn ont vendu à la Société à responsabilité limitée : Faïencerie et Poterie culinaire de Fives-Lille (ancienne Maison De Bruyn Fils), dont le siège est à Lille, section Fives, rue de l'Espérance, numéro 22
  10. acte reçu par Maître Emmanuel Dufour, notaire à Armentières les 21 et 28/06/1950 les Consorts De Bruyn ont vendu à la Société à responsabilité limitée : établissements Jules Bouchery et Compagnie, dont le siège est à Lille 39, rue Blanche. Divers bâtiments et les fonds et terrain en dépendant, le tout pour une superficie approximative de 6.200m2
  11. acte reçu par Maître Emmanuel Dufour, notaire à Armentières le 11/09/1950 les Consorts De Bruyn ont vendu à Monsieur Jean-Marie-Louis-Joseph Delecourt, industriel demeurant à Marcq-en-Barœul, 15, rue Nationale. Divers bâtiments, faisant partie d'une fabrique de faïence, localisé à Lille, section de Fives, rue de l'Espérance, du Maréchal Mortier et Sainte Aldegonde et les fonds et terrains en dépendant, le tout d'une superficie approximative de 7.593m2
  12. article dans La Voix du Nord du 13/03/1970
  13. magazine Nous-Vous-Lille n°18 de mars/avril 1998 et La Voix du Nord du 25/04/1998
  14. journées du patrimoine de Lille
  15. La Voix du Nord du 06/11/2010

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : lille - fives - rue - gustave - bruyn - usine - marie - espérance - adrien - faïences - faïencerie - née - poterie - produit - nord - belgique - emile - séraphin - fonds - 1950 - maître - notaire - vers - malakoff - potier - père - production - 1885 - culinaires - grès -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_De_Bruyn.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu